Si l’ignorance était mortelle, les écoles seraient des cimetières

Je dois avouer que j’ai un gros problème. Un problème insurmontable pour moi : je déteste l’école. Dit comme ça, c’est peut-être un peu cru. Choquant même. Mais c’est la stricte vérité. Je ne supporte pas le système éducatif. Je le hais, je le renie, je le déteste. Bref, si ça s’arrêtait là, j’en ferais pas un article. Non, non, je vous rassure. Le vrai problème c’est que je hais l’école, mais j’y passe le plus clair de mon temps… Continue reading

Les seules frontières naturelles sont celles de l’individu !

Il paraît que je suis française… Que je doive m’intéresser à l’histoire de MON pays, de MES ancêtres… Il paraîtrait aussi que je dois me sentir appartenir au pays dans lequel j’habite. Bizarrement, ce n’est pas le cas…
On me rabâche à longueur de journée (à la fac, à la TV, à la radio, dans les journaux, dans les discussions…) que l’Etat-Nation est en crise… Le « sentiment d’appartenance au pays dans lequel des personnes vivent » serait dépassé…
Continue reading

La FIDL, collaborateur du gouvernement

Les grèves lycéennes reprennent et la FIDL reprend le dessus, notamment avec un questionnaire à la con nommé « campagne zéro défaut ». Les arguments de la FIDL sont fondés sur des promesses ministérielles et donc sur acceptation des réformes de l’État. Les principales revendications (plus de pions) sont en fait une demande d’un système répressif plus puissant. En effet, les pions dans les lycées sont les flics dans la société Continue reading

Considérations sur les luttes étudiantes

Nous assistons actuellement à un réveil estudiantin. Le motif de ce mouvement serait les multi réformes prévues pour l’université (cf rapport Attali, 3-5-8, etc.). Ces réformes ont effectivement un objectif révoltant, mais réfléchissons à la forme et au fond de cette lutte, pourquoi prend-elle autant d’envergure, justement maintenant ? Continue reading

Contre l’imposture électorale : il faut agir au lieu d’élire !

Une fois de plus, le cirque Républicain recommence. Nos décideurs appellent la population aux urnes…
À plusieurs semaines des élections européennes, on assiste déjà à leur course de porcs assoiffés de pouvoir. Continue reading

Quelques échanges avec un compagnon tunisien

Retours sur la Révolution de la dignité et l’état actuel des choses en Tunisie

Tout commence le 17 décembre 2010, un Tunisien du nom de Mohamed Bouazizi s’immole devant un bâtiment administratif. Vendeur de fruits, il s’était fait — de nouveau — confisquer son outil de travail (une charrette et une balance). Rapidement, un climat insurrectionnel éclate dans la région de Sidi Bouzid (centre de la Tunisie) ; celle-ci devient le théâtre d’émeutes et d’affrontements entre population et forces de l’ordre. C’est le premier acte du mouvement que l’on va appeler Printemps arabe. Ce mouvement de contestation s’étend par effet domino dans tout le monde arabe comme en Égypte, au Yémen, en Syrie, en Libye, en Jordanie, dans le reste du Maghreb… Celle qui se passe en Tunisie est appelée communément en France la Révolution de jasmin. Ces manifestations sont menées en protestation contre le chômage qui touche une forte proportion de la jeunesse, la corruption des élites politiques et la forte répression policière. Les quatre semaines de manifestations continues, étendues à tout le pays — malgré la répression — sont amplifiées par une grève générale et provoquent la fuite de Ben Ali vers l’Arabie Saoudite. La mobilisation se poursuit jusqu’aux mois de mars et avril, où on voit le processus de transition se terminer sans jamais résoudre ce conflit de classes. Cet entretien avec un compagnon tunisien revient sur les événements qui se sont déroulés lors de l’explosion du conflit, sur la situation actuelle et la question du mouvement anarchiste dans le pays. Continue reading